Combien de temps l’inflation pourra-t-elle être contrôlée

L’inflation à travers l’histoire

Pour illustrer ses propos, elle cite d’abord l’exemple de la Première Guerre mondiale où, comme aujourd’hui, les États-Unis avaient mis une grande quantité de monnaie-papier en circulation. En 1915, l’inflation était de seulement 1 % alors qu’en 1916 elle est passée à 7 %, puis à 17 % en 1917. Et déjà, à l’époque, le gouvernement américain était dans le même déni ; il était persuadé que ces dépenses seraient compensées et il demandait même aux citoyens d’épargner plus pour participer à l’effort de guerre. Le but était évidemment de fabriquer le plus d’argent possible pour financer la facture toujours plus importante de l’armée américaine. En fait, le Trésor américain avait tellement utilisé la planche à billets à l’époque, qu’il a fallu appliquer une politique complètement inverse, ce qui fit grimper en flèche le chômage, et entraîna une déflation de presque 10 % les années suivantes.


Mais le processus s’est répété pour financer la Seconde Guerre mondiale ; en 1945 l’inflation était alors de 2 %, alors qu’en seulement deux ans elle est grimpée à 14 %. Et le pays a de nouveau utilisé la planche à billets pour la Guerre du Vietnam, en 1974; l’inflation est ainsi grimpée à près de 11 %. Et le pays a eu cette fois-ci beaucoup plus de mal à l’enrayer, puisqu’elle est restée élevée pour le reste de la décennie, et ce sont bien sûr les citoyens qui ont de nouveau payé la facture en payant des intérêts beaucoup plus élevés, et en sacrifiant une partie de leur pouvoir d’achat.

L’évolution de l’inflation n’est pas prévisible

L’exemple le plus extrême quand on parle d’inflation est bien évidemment le cas de l’Allemagne en 1922. À l’époque, la plupart des économistes pensaient que l’Allemagne ne mettait pas assez de monnaie en circulation. C’est sûrement ce que l’on peut appeler la plus grande négation de l’inflation de l’histoire car, en seulement quelques semaines, les prix ont alors littéralement explosé. À l‘époque, l’inflation a atteint 50 % par mois ; elle montait tellement vite que les prix changeaient en seulement une heure. Bien sûr, l’Allemagne est un exemple extrême, pourtant les États-Unis sont dans le même déni aujourd’hui. Le gouvernement allemand pensait, lui aussi, que la demande d’argent allait facilement absorber une augmentation de l’offre, mais ce n’est pas du tout ce qu’il s’est passé.

En fait, à l’époque, l’Allemagne pensait que l’essentiel de ses problèmes d’inflation venaient des devises étrangères, comme les États-Unis pensent que leurs problèmes viennent du prix du pétrole. Et, comme les États-Unis essayent aujourd’hui de réguler les prix du pétrole, l’Allemagne, à l’époque, avait essayé de contrôler les prix des monnaies étrangères.

En fait, la seule raison qui explique que les marchés n’aient pas encore plongé, c’est que la dernière inflation remonte aux années ‘70 et ‘80, juste assez longtemps pour que les gens aient en partie oublié. Mais quand ils se rendront compte qu’ils ne peuvent pas compter sur la politique monétaire, les choses risquent d’aller très vite, et deviendront alors vite incontrôlables. Et, comme d’habitude, ce sont les citoyens qui devront payer la facture en acceptant de sacrifier une grande partie de leur pourvoir d’achat et de leurs économies.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.