La pièce d’or Britannia

Le nom de Britannia est associé à celui d’une pièce de monnaie depuis fort longtemps: à peine plus d’un siècle après Jésus Christ, l’empereur Hadrien a fait frapper une pièce de ce nom pour commémorer la conquête de l’Angleterre récemment devenue une province de l’empire romain. Beaucoup plus tard, mais en 1672 tout de même, Charles II faisait frapper un demi et un quart de penny ornés de cette figure. Britannia n’a jamais cessé depuis d’occuper une place de choix sur de nombreuses pièces. Elle a bien sûr évolué au cours du temps, mais sur des détails, les symboles principaux demeurant souvent présents: le casque grec, le bouclier, le rameau, le javelot remplacé depuis 1821 par un trident représentant la mer. Depuis 200 ans un paysage marin, avec ou sans bateau, occupe l’arrière-plan en hommage à la puissance maritime de la Grande Bretagne. Le personnage féminin qui incarne la nation britannique, cheveux au vent,  est parfois accompagné d’un lion. En 1987, la Royal Mint décidait de frapper une pièce d’or à 22 carats (91,7% d’or) Britannia d’une valeur faciale de 100 livres contenant une once d’or fin, accompagnée de ses filles de 50, 25 et 10 livres. Depuis 1990, l’argent a remplacé le cuivre dans l’alliage. Ce n’est pas une pièce de circulation, mais plutôt une pièce à thésauriser.  Comme elle est jolie, les numismates s’y intéressent eux aussi pour compléter leur collection. Ainsi que dans la plupart des pays émetteurs de pièces de collection, le dessin change chaque année, incitant ainsi les amateurs à racheter pour posséder la totalité des modèles émis, rêve inaccessible car sans cesse repoussé du collectionneur. Cette pièce de 32,7 mm de diamètre présente sur son avers un portrait de la reine Elisabeth II, et son revers s’orne évidemment d’une Britannia parfois debout (toutes les années paires), parfois assise ou même en simple portrait (les années impaires). Depuis 1997, la Brtiannia existe aussi en pièce d’une once d’argent fin de valeur faciale de 2 livres titrant 958 millièmes: c’est l’argent dit « Britannia », alors que celui à 925 millièmes  seulement est dit « argent Sterling ». Le métal de complément est le cuivre. Avec ses 40 mm de diamètre, c’est la plus grande des pièces britanniques qui soit émise de nos jours. Comme sa grande sœur en or, la Britannia argent se conjugue aussi en sous-multiples de 1 livre, 50 pence et 20 pence et, tout comme elle également, elle a valeur de monnaie en Grande Bretagne. Une version en platine est venue en 2007 compléter cette très belle série de pièces. La Britannia, tout comme le souverain, a valeur légale en Grande Bretagne, et en tant que telle elle ne subit pas lors de la revente la Capital Gain Tax, la taxe britannique sur les plus-values qui frappe par contre toutes les autres pièces concurrentes. C’est un élément qui est à prendre en compte si l’on envisage de vendre des pièces d’or à un sujet de sa Gracieuse Majesté: il aura une nette préférence pour l’une de ces deux pièces.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.