Saphir : tout ce que vous devez savoir sur la pierre précieuse

Amoureux des pierres précieuses, nous vous proposons un tour d’horizon complet sur le saphir. En effet, cette pierre avec le diamant, le rubis et l’émeraude est l’une des quatre pierres précieuses existantes.
Vous ne la connaissez pas très bien ? Ça tombe bien, nous allons vous apprendre tout ce que vous avez besoin de savoir sur le sujet : historique, légendes, utilisations, saphirs les plus célèbres, gisements et d’autres informations encore, nous vous disons tout !

Le saphir : définition générale

Le saphir est une variété de ce que l’on nomme corindon, c’est-à-dire oxyde d’aluminium (composition chimique Al2 O3). La pierre à un système cristallin trigonal, un éclat vitreux, certains exemplaires sans aucune luminescence tandis que d’autres présentent une couleur abricot.

C’est aussi une pierre particulièrement dure, la plus dure après le diamant. Elle obtient ainsi la note de 9/10 sur l’échelle de Mohs (10/10 pour le diamant).

Le saphir, comme nous l’avons dit est donc l’une des quatre pierres précieuses avec le diamant, l’émeraude et le rubis. Notez qu’en réalité le rubis est lui aussi un saphir mais uniquement de couleur rouge, on lui a attribué un nom qui lui est propre. Donc le saphir se décline en plusieurs couleurs à l’exception du rouge, couleur que l’on réserve au rubis. On retrouve ainsi des variations de couleurs en fonction des métaux et autres éléments colorants qui le composent telles que le bleu (fer et titane), le jaune et vert (fer), le violet (vanadium), le rose (chrome)…

Couleur

Voici quelques précisions sur les couleurs. Comme nous l’avons dit, le saphir de couleur rouge forme une catégorie à part entière et porte donc le nom de rubis.

Le saphir bleu se décline sous toutes les nuances : claires, grises, foncées. On distingue cependant le « Bleu royal » et le « bleu cornflower » qui se distinguent pour leur teinte profonde.

Les saphirs d’un violet vif sont eux aussi très recherchés car très rares, et plus encore en grande taille.

Le padparadscha fait référence à un saphir de teinte rose/orangée. Son nom en sanskrit signifie « fleur de lotus », très rare.

Les saphirs jaunes et les saphirs de couleur verte sont quant à eux moins prisés. Les premiers étant souvent moins brillants et moins clairs que les autres. Tandis que d’autres pierres de couleurs vertes sont considérées comme étant plus belles que les seconds.

Du point de vue étymologique

Enfin, pour bien définir un terme, rien ne vaut un peu d’étymologie… Le terme saphir comme nous le connaissons aujourd’hui nous viendrait du grec « sappheiros » qui signifie « pierre de couleur bleue » voire de l’hébreu « sappir » c’est-à-dire « la plus belle chose ». Pour d’autres linguistes, le terme viendrait du terme sanskrit « Santi Priya » que l’on peut traduire par « chère à Saturne ». En effet la croyance indienne associe la gemme à la planète Saturne.

Jusqu’au XIII Siècle au moins, on utilise essentiellement le terme sappheiros ou lapis-lazuli. Terme qui est certainement la source de beaucoup de mauvaises interprétations au cours des siècles. Même si les Grecs l’identifient clairement. Ils le nommaient en effet « huakintos », nom attribué à l’iris bleu violacé.
On retrouve encore le terme de saphir sous l’appellation de gemme orientale. Précisons encore que différents noms trompeurs pouvaient être utilisés notamment en fonction de la couleur et variétés des saphirs. Il pouvait par exemple s’agir du péridot oriental faisant en réalité référence au saphir vert.

Donc au final, plus que définir et apporter des précisions le point de vue étymologique s’avère assez confus… Cependant, si nous lisons entre les lignes nous apprenons donc que la pierre précieuse est connue et clairement identifiée depuis des siècles. Que de manière générale les termes employés font donc références à une pierre d’extrême beauté, le plus souvent de couleur bleue, exception faite pour l’utilisation de termes plus spécifiques.

Ère moderne

Mais cette confusion peut se comprendre car le saphir n’est finalement identifié comme une variété de corindon qu’au début du XIX Siècle, grâce à Jacques Louis de Bournon.

Enfin, noté que l’homme est capable de reproduire des saphirs de manière artificielle depuis le début du XX Siècle grâce au chimiste français Auguste Verneuil. Ce dernier aura ainsi mis au point le premier procédé pour créer des saphirs synthétiques.

La pierre synthétique ainsi créée par l’homme est comparable physiquement et chimiquement à la pierre naturelle. Du fait de sa résistance aux rayures, on utilise désormais la pierre pour créer des verres de montres, des lasers, des lentilles de caméra. Du fait de sa grande résistance de manière générale, le saphir entre aussi dans la conception des gilets pare-balles ou encore des fenêtres blindées.

À l’heure actuelle, on le produit synthétiquement à échelle industrielle.

Gisements principaux de saphir

Les gisements de saphirs sont assez répandus sur la planète. Par exemple même les États-Unis ou le Canada en possèdent. Mais ils restent secondaires. Le saphir se trouve en effet majoritairement dans les zones tropicales humides.
Les gisements de saphirs se trouvent ainsi essentiellement à Madagascar (gisement d’Ilakaka), au Sri Lanka et en Birmanie. On en trouve également en Chine, en Inde, au Brésil, en Thaïlande.

Les saphirs du Ceylan (bleu éclatant) ainsi que ceux du Cachemire (bleu violet) sont particulièrement réputés pour leur couleur bleue.

Enfin, pour l’anecdote, sachez que l’on trouve également des saphirs alluvionnaires en France, en Auvergne. De petite tailles, dépassant rarement le centimètre, on les exploite de façon artisanale. Ils sont avant tout de couleur bleue verte.

Histoire et Légendes

À travers les siècles, c’est donc le saphir bleu qui attire les convoitises parce que c’est lui qui est avant tout le plus connu. Les principales civilisations en font en effet références.

Antiquités

Les Perses par exemple pensaient ni plus ni moins que la terre reposait en réalité sur un immense saphir. Et que c’était le reflet de ce saphir qui donnait la lumière bleue au ciel.

Les Égyptiens associaient la pierre à la justice et à la vérité. Les Grecs quant à eux importaient déjà des saphirs du Sri Lanka, dès 480 av. J.C. Ils croyaient d’ailleurs que Prométhée l’avait volé aux Dieux en même temps que le feu.

Le saphir est également mentionné dans la Bible, lors de l’Exode. Le saphir serait ainsi l’une des pierres du trône de Dieu, mais aussi l’une des pierres du pectoral d’Aaron ainsi que l’une des pierres de la Jérusalem céleste. D’après certaines interprétations les tables de la Loi données à Moïse auraient elles-mêmes été gravées dans un saphir. Et les références pourraient encore se multiplier…

Moyen Âge

Pour l’Église Catholique la pierre précieuse a également son pouvoir… La pierre représente ainsi la pureté, et du fait de sa couleur, sa lumière rapprocherait du royaume de Dieu. C’est d’ailleurs pour ces raisons, proximité, fidélité et dévotion à Dieu que les cardinaux portaient un saphir en bague à leur main droite, main qui donne la bénédiction.
Charlemagne aurait également possédé un saphir en pendentif, nommé le « Talisman de Charlemagne ». Le calife Haroun ar-Rachid le lui aurait offert. Saphir bleu contenant de Saintes Reliques, Charlemagne l’aurait porté comme amulette en démonstration de son dévouement au Puissant.

Du fait de sa couleur bleue si intense, le saphir est la pierre de prédilection de la royauté et de la noblesse en Europe et notamment en France. Le bleu associé à la royauté remonte sans aucun doute à la dynastie des capétiens où cette couleur était particulièrement difficile et onéreuse à produire.

Au cours du Moyen Âge, la pierre avait divers pouvoirs « magiques ». Le saphir préservait ainsi la chasteté, protégeait des poisons, peste, maladies de peau. La pierre révélait encore les fraudes et les trahisons tout en permettant de résister à la magie noire.

Aujourd’hui

Au fil des Siècles, le saphir a commencé à symboliser la fidélité, l’amour ou encore l’intégrité. C’est donc tout logiquement que la pierre est devenue de plus en plus populaire sur les bagues de mariage. Cet engouement pour une alliance en saphir s’accentue grâce à la bague offerte par le Prince Charles à la princesse Lady Diana. Forcément : royauté, princesse et prince charmant, mariage, ça a logiquement stimulé l’imagination de ces demoiselles qui voulaient elles aussi avoir une alliance sertie de la précieuse pierre.

Enfin, le saphir est également la pierre de naissance du mois de septembre.

Vertus supposées du saphir

Toujours aujourd’hui pour certains, le saphir aurait également des vertus tant sur le plan physique que sur le plan spirituel.

La pierre précieuse renforcerait ainsi la vue ou aurait la propriété de stopper les saignements de nez. Le saphir aurait aussi une action bénéfique sur les cheveux, permettant notamment de lutter contre la calvitie. La pierre aurait encore un effet sur la peau et les ongles en renforçant ces derniers.

Le saphir permettrait enfin de soulager certaines douleurs articulaires comma la goutte ou les rhumatismes.

D’un point de vue psychologique, comme déjà mentionné, le saphir symbolise la fidélité et l’honnêteté ou encore la vérité. Il permet à son porteur de s’élever et de mener à bien ses méditations.

Les saphirs les plus célèbres

Comme toute pierre précieuse, les saphirs ont eux aussi certains exemplaires particulièrement célèbres : pour leur beauté, pour leur grandeur, pour leur histoire ou encore leurs propriétaires. Voici les exemples les plus illustres.

  • The Millenium Saphir

Il s’agit du saphir le plus énorme jamais découvert. Mis au jour en 1995 à Madagascar, la pierre brute pesait 61 500 carats soit près de 13 kilos ! C’est l’artiste international Alessio Boschi qui taille la pierre : un hommage au génie de l’humanité depuis ses débuts jusqu’à aujourd’hui. L’artiste représente ainsi des éminences comme Einstein, Mozart, Rousseau, Lao Tzu ou encore des monuments illustres comme les pyramides de Gizeh, la grande muraille de Chine… Au total, il sculptera 134 représentations sur la pierre précieuse.

  • The Black Star of Queensland

C’est le saphir étoilé le plus grand jamais connu. Pierre précieuse de 733 carats, extraite d’un saphir brut de 1156 carats, The Black Star of Queensland a été découverte en Australie en 1938. Le saphir de couleur brun foncé est monté sur un socle en or blanc, serti de 35 diamants. Après quelques apparitions dans divers musées, son propriétaire conserve jalousement le bijou depuis 2007, date de sa dernière apparition publique.

  • The Star of India

Saphir de 563,35 carats, deuxième exemplaire le plus gros, ayant la particularité de présenter une étoile sur chaque face, il affiche une couleur bleue grise laiteuse. JP Morgan offre la gemme venant du Sri Lanka au Musée Américain d’Histoire Naturelle.

  • Le saphir « Logan »

Avec ses 423 carats, il s’agit du plus gros saphir facetté bleu connu. Monté sur une broche, taillé en coussin, 20 diamants de 16 carats le mettent en valeur. Lui aussi découvert au Sri Lanka, sa propriétaire Mme. John A. Logan l’offre en 1960 au musée Smithsonian d’histoire naturelle.

  • Le saphir Nertamphia ou saphir d’Édouard le Confesseur 

À l’origine d’un poids de 243 carats, ce saphir qui serait probablement celui présent à l’origine sur l’anneau de couronnement d’Édouard le Confesseur constitueraient les premiers joyaux de la couronne britannique. Il sera finalement retaillé pour le couronnement de Charles II en 1838. Enfin, c’est la reine Victoria qui le fera sertir sur la couronne impériale d’apparat. La pierre loge ainsi au sommet, au centre de la croix pattée.

  • The Star of Bombay

Autre saphir extrait au Sri Lanka, The Star of Bombay (saphir violet-bleu étoilé), d’un poids de 182 carats, est actuellement conservé au Smithsonian Institution de Washington. Après l’avoir reçu de son acteur de mari Douglas Fairbanks, son épouse et elle aussi actrice , Mary Pickford le légua à l’institution.

  • The Midnight Star 

C’est un saphir étoile de 116 carats encore une fois mis à jour au Sri Lanka. Remarquable sa couleur varie du violet au noir. La gemme est actuellement conservée au Smithsonian Institution à Washington.

  • Le grand Saphir de Louis XIV

Acheté par Louis XIV, célèbre pour ses six faces uniquement et sa forme en losange, taillé en rhomboïdes en 1669, ce saphir pèse 135,8 carats. Il deviendra la troisième gemme des joyaux de la couronne de France.

Comment choisir un saphir ?

Vous envisagez d’acheter un saphir ? D’offrir cette magnifique pierre sertie sur une bague de fiançailles, une alliance ? Voici quelques conseils avisés…

Premièrement vous devez être attentif à la couleur de la pierre. Le bleu devra ainsi être intense et profond sans pour autant être trop foncé ce qui enlèverait effectivement de sa transparence. Pour contrôler l’éclat de la couleur, il n’y a rien de mieux que la lumière solaire. Les lampes à incandescence ont en effet tendance à faire perdre de l’éclat.

Deuxièmement vous devrez être attentif à la transparence. Il faut toujours privilégier une pierre présentant une grande clarté. Notez que les saphirs présentent généralement moins d’inclusions que les rubis.

Enfin, la taille. Bien sûr à ce niveau c’est au goût de chacun. Cependant c’est la taille ovale ou coussin qui révèle l’éclat du saphir. Mais étant donné que la pierre à l’état brut est rarement homogène, c’est au lapidaire de s’adapter à la forme initiale pour en tirer le meilleur parti.

Remarque : il faut savoir que l’on chauffe souvent les saphirs à 1300 degrés afin d’intensifier leur couleur et diminuer les inclusions.

Conclusion

Comme vous pouvez le constater, l’histoire du saphir est bien longue. Elle accompagne aussi bien les légendes anciennes que certaines célébrités plus modernes. Toujours présent au doigt des puissants, il s’agit d’une pierre riche en symboles et vertus.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.