Les mines de diamants au Canada

Du diamant au Canada?

Tout le long du 20ème siècle la plupart des gens n’auraient jamais pensé que le Canada serait un important producteur de diamants. Ils se concentraient seulement sur les activités minières en Afrique et les centres de commerce de diamants en Europe.

Tout cela a commencé à changer en 1991, lorsque deux géologues, Chuck Fipke et Stewart Blusson, ont trouvé des preuves : des tuyaux de kimberlite diamantifères à environ 200 miles au nord de Yellowknife, Territoires du Nord-Ouest.

L’un de ces conduits sera bientôt mis au point par BHP Billiton dans la mine de diamants d’Ekati, qui a produit au Canada les premiers diamants commerciaux en 1998.

Le Canada: Un important producteur de diamants

La découverte d’EKATI a lancé l’un des rushes les plus intenses de prospection dans l’histoire de l’Amérique du Nord. Des milliers de prospecteurs ont couru vers le Nord canadien et il a été signalé que les compagnies forestières étaient en rupture de bois utilisé pour le jalonnement.

En 2006, trois grandes mines produisaient plus de 13 millions de carats de diamants de qualité gemme par an et le Canada est devenu le troisième producteur de diamants au monde. L’activité liée à la production de diamants apporta des milliards de dollars pour l’économie du Nord du Canada.

Les-mines-de-diamants-au-Canada_1
Carte des mines de diamants canadiennes montrant l’emplacement approximatif des cinq mines existantes et le projet Gahcho Kue. Carte par Geology.com et mapResources

L’attraction des diamants canadiens

Les diamants canadiens ont connu beaucoup de succès sur le marché. Ce sont des diamants de haute qualité, très populaires sur le marché canadien des bijoux où les gens sont ravis de soutenir l’industrie du diamant de leur propre pays.

Bien que la plupart de la production brute soit exportée, un petit nombre de tailleurs de diamants au Canada produisent des pierres finies.

Beaucoup de diamants ayant été extraits et taillés au Canada sont documentés et ont le numéro de certificat inscrit sur leur ceinture ainsi qu’un logo commercial, la feuille d’érable, l’ours polaire, le symbole de Canada Mark, ou les mots «Ice on Fire ».

Cette inscription garantit aux consommateurs l’origine de leurs diamants, il s’associe au certificat et a été un élément de marketing très réussi.

Les diamants canadiens plaisent aussi aux gens préoccupés par les questions de droits de l’homme et environnementaux. Ils sont produits à partir des mines de diamants qui ont les meilleures normes environnementales au monde.

En outre, la production des mines va aux entreprises légitimes et non aux groupes peu scrupuleux qui usent du travail forcé, du vol ou de toute autre exploitation illégale.

Le processus de certification permet de suivre les pierres de la mine jusqu’à la fabrication, du commerce en gros jusqu’au consommateur.

Par rapport aux diamants provenant d’autres parties du monde, ceux des mines canadiennes sont de très haute qualité et ont un prix moyen élevé par carat.

Bonnes nouvelles pour les sociétés minières. Les rapports de BHP Billiton estiment que leurs approvisionnements de la mine d’Ekati fournissent environ 3% de la production mondiale sur la base du poids (les carats), mais 11% de la production mondiale en termes de valeur.

Les-mines-de-diamants-au-Canada_2

La mine de diamants d’EKATI

La mine de diamants d’Ekati a été la première du Canada. Elle a été ouverte en 1998 par BHP Billiton Canada Inc. Ce fut d’abord une mine à ciel ouvert, mais elle a ensuite évolué vers une exploitation minière lorsque le minerai de surface exploitable s’épuisait.

EKATI est située à environ 200 miles au nord de Yellow Knife, Territoires du Nord-Ouest et à environ 100 miles au sud du cercle polaire arctique. Les diamants de la mine sont vendus sous la marque Aurias et vérifiés par le service Canada Mark.

La mine de diamants de Diavik

Diavik a été la deuxième mine au Canada à produire des diamants. Elle est détenue par la Harry Winston Diamond Corporation et la Diavik Diamond Mines Incorporated.

Elle est située à environ 200 miles au nord des Territoires du Nord-Ouest Yellowknife, et à environ 120 miles au sud du cercle arctique. Les conduits étaient à l’origine au fond du lac de Gras et ont été découverts par forage à travers la glace.

Pour l’extraction, une digue a été construite autour d’eux et l’eau a été pompée. L’exploitation à ciel ouvert a alors commencé au fond du lac. L’exploitation se déplace sous terre vu que le minerai de surface exploitable s’épuise.

La mine de diamants de Jericho

La mine de diamants Jericho était la troisième mine de diamants au Canada et la première au Nunavut. Elle est située à environ 250 miles au Nord-Est de Yellowknife, territoires du Nord-Ouest.

La mine a été ouverte par Tahera Diamond Corporation et elle a produit des diamants de 2006 à 2008, mais l’entreprise a perdu de l’argent. En 2010, Shear Minerals, Ltd. a acquis la propriété avec l’intention de remettre la mine en production.

La mine de Snap Lake

La quatrième mine de diamants au Canada était la mine de Snap Lake, située à environ 150 miles au nord-est de Yellowknife, dans les Territoires du Nord-Ouest.

La mine est détenue par De Beers et c’était leur première exploitation minière hors d’Afrique. C’est la première mine de diamants entièrement souterraine au Canada.

Au lieu d’exploiter un conduit vertical, la mine suivait un dyke de kimberlite sur 2,5 mètres d’épaisseur qui descend sous Snap Lake avec un pendage moyen d’environ 12 – 15 degrés. La première production commerciale à Snap Lake a eu lieu en 2008.

La mine de diamants Victor

La cinquième mine de diamants au Canada fut la mine de diamants Victor située à environ 50 miles à l’ouest d’Attawapiskat en Ontario. Il s’agit d’une mine à ciel ouvert détenue par De Beers et fut la première mine de diamants en Ontario.

L’exploitation minière se produit dans l’une des seize cheminées de kimberlite diamantifères qui existent sur place.

La mine de Gahcho Kué (Projet)

Gahcho Kué est située à environ 170 miles au nord-est de Yellowknife Territoires du Nord-Ouest. Il s’agit d’une coentreprise entre Mountain Province Diamonds et De Beers Canada. Ils proposent d’exploiter trois diatrèmes de kimberlite situées sous le lac Kennady.

Les défis des mines canadiennes

Les mines de diamants au Canada font face à un certain nombre de défis que ne connaissent pas les mines concurrentes dans d’autres parties du monde.

Le premier problème est leur emplacement très éloigné. Les mines ne peuvent recevoir des marchandises par voie terrestre que par une route de glace pendant une courte période de temps qui peut durer entre six et dix semaines.

Les fournitures non livrées durant cette période de temps limitée devront être livrées par avion.

Les mines doivent également disposer d’un logement et d’installations complètes pour tous leurs employés, car elles sont toutes situées loin des villes ou des établissements où les employés pourraient être logés.

Un deuxième problème est le coût du travail. Les salaires dans les mines d’Afrique et les ateliers de taille de diamants indiennes sont très faibles par rapport aux salaires versés aux employés des mines au Canada.

Un troisième problème est représenté par le fait que les mines à ciel ouvert sont en train de s’épuiser et pour continuer le travail, il faudrait une exploitation souterraine – qui coûte environ 50% de plus par tonne de minerai produit.

Le potentiel du diamant canadien

Les mines de diamants canadiennes ont connu un énorme succès dans leur première décennie. Une grande partie de ce succès a été soutenue par de riches minerais, contenant des diamants de haute qualité qui pouvaient être produits par l’exploitation minière à ciel ouvert.

Les diamants issus de ces mines ont été appréciés par les consommateurs qui encouragent le développement des mines respectueuses de l’environnement et produisent des diamants sans conflit.

Bien que l’exploration de nouveaux gisements continue, le rythme a considérablement diminué.

De nouvelles découvertes en Alberta, en Colombie-Britannique, dans les Territoires du Nord-Ouest, du Nunavut, de l’Ontario et du Québec sont évaluées et certaines d’entre elles pourraient être développées en mines rentables.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.