Les diamants synthétiques sont détectables à 100 %

De Beers est confiant en sa technologie pour détecter tous les diamants synthétiques.

Pendant une correspondance, le responsable de la technologie de ce groupe, le Dr Simon Lawson, a démenti l’affirmation par Yossi Kuzi de la firme EGL Hong-Kong que les systèmes De Beers DiamondSure? et DiamondView? n’avaient pas détecté un diamant synthétique de type IaAB.

De même, le Gemological Institute of America (GIA) a confirmé les dires de De Beers sur la confiance de ses équipements. Il estime que le diamant incriminé pourrait être une pierre naturelle.

Le 17 février 2014, Diamonds Service, une compagnie diamantaire affiliée à EGL Asia a tenu une conférence de presse en affirmant qu’ils avaient créé un diamant synthétique de type IaAB qui n’avait pas été détecté par la technologie de De Beers.

Une citation de Yossi Kuzi :

Récemment, nous avons acheté un lot de diamants synthétiques pour nos recherches. L’une des pierres faisait 0,138 carat qu’on a pu transformer en un diamant synthétique de type IaAB. La machine de DiamaTest l’a identifiée comme étant synthétique, mais celle de De Beers a échoué aux tests.

Dans une réponse formelle, De Beers affirme que selon ses recherches sur ces dernières années, il est impossible de créer un diamant synthétique pur de type IaAB. La séquence agrégative de nitrogène qui produit ce type de diamant est impossible à répéter en laboratoire. Les algorithmes utilisés par les machines DiamondSure prennent en compte la possibilité du traitement de chaleur qui est appliqué aux diamants synthétiques et donc, ils sont soumis à d’autres tests par la suite.

De Beers propose 3 machines pour détecter les diamants synthétiques sur le marché. Lawson a expliqué que le DiamondSure fournit la première analyse sur des diamants de type II qui peuvent inclure des pierres synthétiques. Ensuite, la DiamondView active l’identification d’un diamant comme étant naturel ou synthétique. Et si c’est un diamant naturel, on le teste de nouveau avec des traitements appropriés tels qu’une haute pression et température avec le DiamondPlus.

Lawson ajoute que De Beers prend toutes les précautions pour traiter et identifier les diamants. S’ils ont le moindre doute dans des cas qui sont rares, alors ils classent le diamant comme étant indéterminé.

Enfin, De Beers n’a pas encore vu ce diamant, mais Kuzi a déclaré qu’il l’avait envoyé à HRD Antwerp pour un examen complet. Celui-ci ne s’est pas encore prononcé sur le sujet.

De Beers tente de rassurer, mais le marché des diamants a souvent été compromis par des diamants synthétiques. Même si ces derniers ne sont pas nouveaux, ils prennent de plus en plus d’importance sur ces dernières années.

En 2012, l’International Gemological Institute (IGI) a reçu plusieurs dépôts de vapeurs chimiques (CVD) concernant des diamants synthétiques dans son laboratoire à Antwerp qu’on avait certifié comme de vrais diamants. En 2013, on a vu de nombreux lots de diamants naturels qui contenaient également des diamants synthétiques.

Ce sont tous ces rapports qui ont incité le GIA et De Beers à proposer leurs machines sur le marché. Ainsi, le GIa a installé la machine DiamondCheck dans de nombreux marchés de diamants incluant Dubai, Hong-Kong, Johannesburg, New York, Shanghai, Tel-Aviv et Tokyo.

La machine DiamondCheck est capable d’identifier des diamants allant de 1 à 100 carats et sa fiabilité est de 100 % selon Tom Mose, le vice-président du laboratoire et de recherche de la GIA. De même, la machine DiamondChek marque simplement un diamant comme étant naturel, non-diamant ou exigeant des tests supplémentaires s’il y a des doutes. Ce système avec ces machines permet de détecter tous les diamants synthétiques sans aucune exception.

La technologie a évolué pour produire des diamants synthétiques qui sont très similaires aux pierres naturelles. De ce fait, il est essentiel que cette même technologie permette de détecter les pierres non naturelles pour éviter la perte de confiance et les pertes que cela implique sur le marché. Si cette fameuse pierre est vraiment naturelle, alors on doit également prendre des mesures contre ceux qui affirment haut et fort que les diamants synthétiques ne sont pas détectables à 100 %. Ce type d’information peut faire perdre leur confiance dans les investisseurs et cela peut perturber l’industrie en entier.

 http://www.diamonds.net/

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.