L’hyperinflation pendant la guerre de Sécession

La guerre de Sécession n’a pas eu pour seules conséquences l’abolition de l’esclavage et l’unification des États-Unis. Outre les plus de 400.000 combattants qui y ont laissé la vie, elle a produit une hyperinflation dans les États du Sud.

Pour comprendre sa survenue, il faut se replacer dans la situation de ces États au début des hostilités. Une guerre coûte cher, et un État peut recourir, pour la financer, soit à l’impôt, soit à l’emprunt.

Les États de l’Union ont pu emprunter les deux-tiers de leurs besoins, le reste ayant été financé par l’impôt et par une création modérée de billets. L’inflation n’a été que de 80% au cours de la guerre.

Les Confédérés se trouvaient dans une situation économique beaucoup plus délicate. Vivant majoritairement de l’agriculture, ils ont rapidement souffert du manque de bras des cultivateurs de coton devenus soldats, des défections des esclaves évadés, et surtout du blocus de leurs côtes par les Nordistes, qui les a privés des rentrées d’argent habituellement générées par l’exportation du coton. Leur économie exsangue ne pouvant fournir un impôt suffisant, et personne ne pouvant ou ne voulant prêter à des États non solvables, ils ont eu recours à la planche à billets.

Le gouvernement confédéré avait autorisé l’impression d’un million de dollars:

il en a été imprimé en fin de compte 1500 fois plus, à un point tel que la difficulté majeure fut de trouver du papier et des graveurs en quantité suffisante. Même les faux billets étaient acceptés contre un emprunt d’État, et le gouvernement les utilisait!

Le résultat fut une inflation de 10% par mois, et de 9000% pendant la guerre. Les prix s’étaient vus multipliés par 92, et la population la plus pénalisée fut évidemment la plus modeste. Par ailleurs, au fur et à mesure que l’Union envahissait les États confédérés, les Sudistes qui le pouvaient expédiaient leurs billets dans la zone où ils avaient encore cours, ce qui accélérait encore le mouvement inflationniste. Une masse d’argent sans cesse croissante se trouvait ainsi disponible pour acheter des denrées de plus en plus rares: la conséquence inéluctable ne pouvait être qu’une vertigineuse hausse des prix.

Un an avant la fin de la guerre,  le Congrès confédéré a mis en œuvre une réforme monétaire visant à endiguer cette fuite en avant des prix: toutes les factures d’un montant supérieur à 5 dollars devaient être converties en obligations payant un intérêt de 4%, et celles qui ne l’étaient pas deux mois plus tard étaient échangées contre une nouvelle émission dans un rapport de deux tiers. La quantité de monnaie a ainsi été réduite d’un tiers, et les prix ont commencé à baisser, et ce malgré une défaite prévisible par les armées de l’Union, un moral des troupes au plus bas et un commerce extérieur réduit à la portion congrue.

Ce qui démontre s’il en était besoin que la cause de l’inflation est bien un excédent de monnaie, puisqu’il a suffi d’en réduire l’abondance pour juguler la flambée des prix.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.