L’hyperinflation durant la république de weimar

En 1919, l’Allemagne se retrouve dans une situation extrêmement difficile. Le traité de Versailles, qui marque la fin de la Première Guerre Mondiale, lui impose beaucoup de restrictions qui vont très vite se faire sentir sur son économie. Ainsi elle perd une partie de ses territoires, ce qui se traduit par une perte d’un million de tonnes de charbon, une baisse de sa production de minerai de 50 % et une réduction de 13 % de sa production de blé. Elle perd aussi ses colonies, et on lui impose d’énormes réparations de guerre : un total de plus 133 milliards de marks-or. Elle est de plus forcée de donner 5000 camions et locomotives, 15 000 wagons et une partie de sa flotte commerciale.

Mais surtout, le pays est dans une extrême instabilité politique, depuis la révolution de 1918 et l’instauration de la république, qui sera plus tard appelée « république de Weimar », et de graves tensions subsistent au sein de la population. Surtout que le traité de Versailles imposé par la force au pays est jugé totalement inacceptable. Ainsi l’Allemagne subit un coup d’État le 13 mars 1922, qui se terminera par une grève générale puis de nombreuses rébellions, qui finiront d’achever l’économie.

Pendant toute cette période, le pays est obligé de faire appel aux investisseurs internationaux pour se hyperinflation allemagnefinancer. Les alliés ne prêtent effectivement pas d’argent à l’Allemagne. Le problème est qu’elle ne trouve des fonds que sur le marché à court terme. C’est d’ailleurs l’une des premières causes de ce qui va se passer. Les capitaux vont et viennent selon la santé politique du pays, ce qui créé déjà une inflation importante.

En 1923, le pays n’a plus la capacité d’honorer les réparations de guerre. Mais la France et la Belgique n’ont pas du tout l’intention de passer l’éponge, et annexe en représailles la Ruhr, une des régions les plus riches d’Allemagne et la plus industrialisée. Comme l’Allemagne n’a plus d’armée, pour se défendre elle appelle les ouvriers à se lancer dans des mouvements de protestations et de grèves générales. C’est ce qui marque le début de l’effondrement du pays.

En effet les périodes de grève devaient être prises en charge par le gouvernement, mais en l’absence de liquidités celui-ci choisit d’en fabriquer. Et donc de mettre en marche la planche à billets. Les conséquences sont presque immédiates : en août 1923, la monnaie passe à 1 000 000 de marks pour un dollar et, en novembre, à 4 200 milliards de dollars. On assiste à des scènes incroyables, les prix changent plusieurs fois par jour et les ouvriers demandent à être payés deux fois par jour pour être sûrs que leur salaire ait un minimum de valeur. L’inflation est tellement importante que les timbres n’ont plus de valeur faciale, c’est à l’envoi qu’une surcharge est calculée.

Cette période hyperinflationniste se terminera par la mise en place d’une nouvelle monnaie, le Rentenmark, à un taux d’échange de 1 pour 1000 milliards de dollars. Cette monnaie fonctionne sur le même principe que les assignats de la Révolution française, elle est basée sur les biens de l’Allemagne. Le redressement passera aussi bien sûr par la mise en place d’un nouveau plan de remboursement de la dette de guerre.

Les conséquences pour l’économie allemande sont partagées, et la pire conséquence est plutôt politique, puisque c’est cette situation qui va favoriser l’arrivée d’Hitler au pouvoir. C’est donc déjà la Seconde Guerre Mondiale qui doucement se profile.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.