Histoire du diamant

Impossible d’ignorer la fascination que les diamants exercent depuis toujours sur les hommes (et les femmes) : fascination pour la pierre en elle-même, mais aussi pour la monture qui la porte et la met en valeur.

Les raisons de cette fascination sont multiples et prennent racine dans l’histoire. La découverte des tous premiers diamants s’est produite en Inde, il y a entre 6 000 et 3 000 ans, le long de certaines rivières.

En réalité, leur âge varie entre 1 et 3,3 milliards d’années ; ce minéral de carbone, soumis à une très forte densité souterraine et à des températures fort élevées (entre 45 et 60 kilo-bars, et entre 900 et 1 300 degrés Celsius), a subi une lente production dans les profondeurs de la terre (entre 150 et 200 kilomètres en moyenne).

bague-fiancialle-217x300Des éruptions volcaniques ont provoqué l’apparition de cheminées, qui se sont remplies de Kimberlite (une roche ainsi nommée d’après la ville de Kimberley), laquelle s’est mélangé aux cristaux sous l’effet de l’éruption.

Avec le passage du temps, et l’érosion qui s’ensuit, la kimberlite s’est transformée en une roche plus tendre dont les diamants se sont naturellement détachés. Ils furent ensuite emportés vers la surface par le ruissellement des eaux, où l’homme va procéder à leur découverte inopinée.

Les premiers diamants découverts en Inde, dans le lit de rivières, sont appelés « fruits des étoiles ».

Ils sont transportés jusqu’aux cours princières d’Europe par l’intermédiaire de marchands phéniciens, juifs et arabes.

C’est une découverte et un engouement immédiat pour les têtes couronnées ! Les sources indiennes s’épuisent par la suite, mais la découverte de l’Amérique en 1492 permet de déceler de nouveaux canaux d’approvisionnement.

Les mines initiales à proximité de la ville de Kimberley entrent alors en phase de production active ; elles s’appellent Kimberley, Du Toitspan, De Beers, Wesselton, et Bultfontien.

La mine de Kimberley même sera creusée jusqu’à une profondeur de 3 500 pieds avant qu’elle ne soit finalement abandonnée, faute d’une production suffisante.

Par la suite, une source importante est découverte en Afrique du Sud dans les années 1860.

Des diamants sont découverts en 1867 dans le sable et les graviers de la rivière Vaal en Afrique du Sud.

En 1871, d’autres diamants sont découverts dans la roche de nombreux cols ou cheminées volcaniques près de la ville de Kimberley, au sud de la rivière Vaal, à proximité de la frontière de l’État libre d’Orange (qui deviendra par la suite une partie de l’Union des États d’Afrique du Sud).

Des mines de diamants sont alors établies dans les régions du Sud et du Centre du continent africain.

La société De Beers prend le contrôle de la plupart des mines alors découvertes, et forme l’organisation centrale de vente qu’elle est encore aujourd’hui et qui contrôle une grande partie du commerce mondial de diamants.

Pendant le 20ème siècle toutefois, l’industrie du diamant est entachée par la question des fameux « blood diamonds », ces diamants issus d’une production qui a lieu dans une zone soumise aux guerres et qui sont vendus pour assurer le financement de l’insurrection ou des activités des chefs de guerre ou des milices armées.

L’année 2003 a toutefois vu la mise en place du système appelé Certification du Processus de Kimberley, qui vise à certifier que les sources les pierres sont exemptes de tout conflit qui serait alimenté par la découverte des diamants.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.