La folie de l’argent des frères Hunt

Le 5 avril 1933, le président Roosevelt faisait voter le célèbre « Gold Confiscation Act », par lequel un américain se voyait interdire la possession d’or à titre personnel. Cette interdiction, évidemment contournée par les citoyens dans toute la mesure de leurs moyens, a duré 41 ans et elle a été à l’origine de l’histoire mouvementée des frères Hunt.

Nelson et William Hunt étaient deux des fils du milliardaire H. L. Hunt, alors l’homme le plus riche du monde ayant fait fortune dans le pétrole. Ses fils, qui avaient fait encore prospérer la fortune léguée par leur père, disposaient de fonds gigantesques à préserver. Mais il était interdit à un américain de posséder de l’or: ils se sont donc rabattus sur l’argent, une vraie folie de l’argent qu’ils ont amassé en lieu
et place de l’or, en quantités immenses puisque sa valeur au kilo était bien moindre. L’immensité de leur fortune leur en faisait acheter beaucoup.

47carat - La folie de l'argentEn cette période de guerre du Vietnam, la confiance dans le gouvernement était réduite, l’inflation repartait évidemment, et les Hunt redoutaient un nouveau « Confiscation Act » pour l’argent. Ils ont alors pris la décision de sortir leur magot des Etats-Unis: dans la nuit, trois Boeing 707 chargés de 40.000.000 d’onces d’argent (environ 1250 tonnes) quittaient l’aéroport de La Guardia pour la Suisse.

Les achats frénétiques des Hunt ont fait grimper le cours de l’argent, passé de 1,5 $ l’once en 1970 à 6 $ l’once en 1974. Ils avaient alors amassé 8% de l’argent disponible sur le marché, et le bruit commençait à courir que par cette folie de l’argent ils cherchaient à accaparer le marché de ce métal. Les prix se sont alors mis à flamber, jusqu’à 34,45 $ l’once en 1980, malgré les efforts du COMEX et du CBOT, et les Hunt achetaient toujours. Deux évènements ont alors secoué le marché: la décision du COMEX de ne plus accepter pour l’argent que des ordres de liquidation, et celle de Paul Volker d’augmenter le taux d’intérêt.

L’effet attendu fut immédiat: le prix de l’once chuta et en deux jours, le fameux « Silver Thursday » le vit s’effondrer de 50 $ à 10,80 $. Mais les Hunt avaient signé des contrats pour l’achat d’argent à 50 $, qu’ils n’ont pas pu honorer, et leur folie de l’argent s’est achevée par une faillite. Nelson fut jugé pour tentative d’accaparation du marché de l’argent, et les frères Hunt portent la réputation d’amateurs méconnaissant le monde de la finance.

Toutefois, Mike Maloney a une tout autre lecture des évènements: les frères Hunt étaient certes peu au fait des arcanes de la finance, mais ils ne cherchaient pas à accaparer le marché, dont ils n’avaient d’ailleurs acheté que 8%. Leur but était seulement de sauvegarder leurs gains de l’inflation qu’ils jugeaient désastreuse. « N’importe quoi plutôt que des billets » disait Bunker. Il pense que les deux frères ont servi de parfaits boucs émissaires pour sauver le dollar, menacé par la montée parallèle de l’or. Lorsque les transactions ont été bloquées pour l’argent, beaucoup ont pensé que ce serait ensuite le tour de l’or, et ont vendu, ce qui a donné un peu d’air au dollar.

Cette folie de l’argent a permis de mettre à jour une bonne vieille technique des mauvais joueurs: si vous perdez, changez les règles !

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.