Bague de diamant pour les fiançailles : origine d’une tradition

High quality 3d render realistic image.Bien qu’un peu désuète aujourd’hui, la tradition des fiançailles existe toujours.

Et il est de bon aloi, si fiançailles il y a, d’offrir une bague mais pas n’importe laquelle : une bague de diamant s’il vous plait ! Mais pourquoi cette coutume des fiançailles ? Pourquoi du diamant ? Nous vous disons tout sur cette tradition qui n’a en réalité rien de romantique…

Origine et sens des fiançailles

En réalité, la tradition des fiançailles est très ancienne. Cette pratique qui n’a en soit aucune valeur religieuse existait déjà durant l’Antiquité, chez les Romains. Par contre à l’époque il n’était pas question d’offrir une bague de diamant : un anneau de fer faisait l’affaire !

Cette tradition s’est prolongée durant le Moyen-âge et la bague offerte là encore ne présentait aucune pierre précieuse. De fait, la première bague de diamant n’aurait visiblement rien à voir avec des fiançailles : la première femme à en avoir porté une serait Agnès de Sorel, la maîtresse du roi Charles VII.

Alors, pourquoi une bague de diamant ?

La pratique des fiançailles s’est perpétuée tant bien que mal jusqu’au début du XXe Siècle où elle connut son heure de gloire dans l’Amérique puritaine. A l’époque, la femme se doit de conserver sa virginité avant le mariage pour traditionnellement la perdre la nuit de noces.

Mais les futurs époux n’arrivaient pas toujours à se contenir et la future mariée était parfois « déshonorée » avant le sacrement suprême du mariage.

Honte sur elle et sur toute sa famille… pire encore, le futur mari, assouvi (ou déçu) en profitait souvent pour disparaître ! Offrir une bague de valeur démontrait donc l’importance vouée à la future promise et inhibait toute envie de fuite : il s’agissait en fait à la fois d’une sorte d’investissement et d’une garantie prouvant la sincérité de ses intentions.

Une bague de valeur, d’accord, mais pourquoi une bague de diamant et pas une bague en or par exemple ou en platine ? Ces métaux valent aussi une fortune…

Dans les années 30, la crise de Wall Street de 29 a laissé des traces, le marché du diamant s’effondre et la maison De Beers qui en possède le quasi monopole a besoin d’un second souffle ! Le diamantaire fait appel à la publicité et engage l’agence Ayers.

Les publicitaires ont alors construit toute une campagne avec une idée phare et convaincante : le diamant est éternel ! Il n’est par conséquent pas associé à la bijouterie -symbole du superflu- mais à l’amour.

En plus de la publicité, le cinéma donne aussi son petit coup de pouce à ce négoce lucratif : la pierre précieuse fait son apparition dans nombre de scénarios et les starlettes d’Hollywood le portent à merveille. Le coup de pub est plutôt réussi car toutes ces demoiselles veulent désormais voir elles aussi une bague de diamants briller à leur doigt.

Et plus la bague de diamant est grosse, ce la signifie que plus l’homme est puissant et suscite l’admiration. Quelques années ont suffit pour convaincre tout le monde : en pleine Seconde Guerre Mondiale, la vente de diamants a ainsi bondit de 55 %.

Mais comme les gains ne semblaient pas suffisamment importants, la maison De Beers a volontairement organisé la pénurie en limitant les ventes, tactique commerciale qui a fait monter les prix en flèche.

Enfin, à la différence de l’or, le diamant est une pierre précieuse particulièrement dure. Si une bague en or peut donc dans le pire des cas être fondue ou vendue, le diamant non. Et si vous souhaitez la vendre, elle perd automatiquement plus de la moitié de sa valeur d’achat, donc autant la conserver…

Source

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.