1971 la fin des accords de Brettons Woods

Le 15 août 1971, les Américains par l’intermédiaire de leur président Richard Nixon mirent fin unilatéralement aux accords de Bretton Woods en suspendant provisoirement la convertibilité du dollar en or. Et ceci pour une raison simple, ils ne souhaitaient pas voir disparaitre leur réserve d’or. Comme ils refusaient de dévaluer leur monnaie, ils n’avaient en effet déjà plus assez d’or pour couvrir l’extraordinaire masse de dollars qu’ils avaient mis en circulation.

Les accords de Bretton Woods avaient en effet un point faible, aucun système de contrôle n’avait été mis en place afin de vérifier la quantité de dollars mise en circulation par les États-Unis. Ce qui leur permettait d’imprimer des billets au besoin en garantissant simplement à tout détenteur de pouvoir convertir ses dollars en or. Les choses se passent en fait très bien jusqu’en 1958, l’or détenu par les États-Unis couvre largement la masse monétaire mise en circulation. Mais après 1958, les choses commencent à se compliquer notamment à cause des dépenses considérables engendrées par la guerre du Vietnam et à cause de la course vers l’espace que se livrent les Américains contre les Russes. Pour ne rien arranger, les banques étrangères commencent à émettre des prêts en dollars, ce qui augmente encore un peu plus la quantité de monnaie mise en circulation. Et en 1959, les détenteurs privés de dollars peuvent échanger leurs billets verts directement contre d’autres devises. Ils vont naturellement se tourner vers des monnaies dont les bases semblent plus solides comme le deutsche mark ou le franc suisse, ce qui va encore un peu plus fragiliser le dollar.

Les Américains sont même obligés de faire appel aux  pays occidentaux les plus riches, pour maintenir le prix de l’once d’or à 35 $. C’est ainsi que les banques centrales des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de la R.F.A., de France, d’Italie, des Pays-Bas et de Belgique, sont chargées de maintenir le cours de l’or face au dollar en achetant des billets verts et en assurant des livraisons d’or en contrepartie. Mais en 1964 les réserves d’or ne couvrent plus que 25 % des dollars mis en circulation. En 1961 les dix pays les plus riches du monde, réunis sous le « Pool de l’or » sont obligés de fournir 6 milliards de dollars au FMI pour qu’il puisse aider les pays en difficulté à défendre la parité de leur monnaie face au dollar.

C’est d’ailleurs ce qui termine d’excéder le Général de Gaulle qui ne comprend pas que l’on soit obligé d’aider les États-Unis en violation totale des accords de Bretton Woods. En réaction, il demande la contrepartie en or des dollars détenus par la France. Cette décision représente à elle seule la moitié des pertes d’or américaines pour les années de 1963 à 1966. En mars 1968 le « Pool de l’or » n’arrive plus à contrôler la spéculation sur l’or, et le FMI accepte de mettre en place d’une espèce de monnaie supranationale dont il sera responsable de l’émission, et qui doit permettre aux États-Unis de racheter une partie des dollars détenus par les banques centrales sans avoir recours à l’or.

Les choses ont l’air de fonctionner un temps, mais la crise est toujours là, et quand le président Américain Nixon décide de prendre des mesures pour diminuer l’inflation, il plonge en fait les États-Unis dans une période de récession économique. Ce qui appelle de nouvelles mesures de relance, les taux d’intérêt sont donc rabaissés. C’est ce qui provoquera le dernier grand afflux de dollars sur l’Europe. Il arrive une telle quantité de dollars en Europe, que très vite, les stocks de billets verts à l’extérieur des États-Unis dépassent la quantité de monnaie en circulation dans le pays. Les commerçants commencent même à refuser les dollars des touristes américains.

La réaction des Américains fut expéditive et contraire aux accords de Bretton Woods. Au lieu de dévaluer leurs monnaies et ainsi de réévaluer leurs réserves d’or. Le président Nixon décide de suspendre la parité du dollar en or. Ce qui plongea immédiatement toute l’Europe dans une énorme crise des monnaies. Et c’est le 19 mars 1973 que les taux de change fixent furent abandonnés. Cette décision fut ensuite entérinée par les accords de la Jamaïque les 7 et 8 janvier 1976, pour donner naissance au  système de taux flottants que l’on connait encore aujourd’hui.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.