Le deuxième facteur important sur le marché de l’argent métal

Nous continuons notre analyse du marché de l’argent métal en nous intéressant aux principaux facteurs qui risquent d’avoir une influence sur les prix. Dans la première partie, nous avons vu que la baisse de la demande et la morosité des investisseurs sur le marché des métaux précieux pouvaient s’expliquer par l’impact psychologique que peut avoir la manipulation artificielle des prix. Cette fois-ci je vous propose de nous intéresser aux énergies et de voir comment les futurs problèmes d’approvisionnement risquent d’influencer la courbe des prix de l’argent métal.

Le facteur 2 – Les difficultés d’approvisionnement en pétrole

Quand on analyse le marché des métaux précieux et en particulier le marché de l’argent métal, il ne faut ne pas oublier de prendre en compte que la plupart des mines fonctionnent grâce au pétrole et même en majorité grâce au diesel. Or nous sommes en ce moment dans un pic de production mondiale au niveau du pétrole brut, et les exportations nettes de pétrole commencent déjà à décroitre. Ce phénomène touche les grands pays exportateurs de pétrole, et s’explique très simplement, car bien que leur production augmente la demande sur leur marché intérieur est de plus en plus important ce qui freine automatiquement les exportations. Et le meilleur exemple de cette situation est sûrement l’Indonésie:

L’Indonésie est un ancien pays de l’OPEP, qui en est sorti quand elle est rentrée dans les pays importateurs de pétrole. En 1977 l’Indonésie produisait 1,7 million de barils de pétrole par jour alors qu’elle n’en consommait que 300 000 barils, ce qui donnait une exportation nette de 1,3 million de barils jour. Aujourd’hui, l’Indonésie ne produit plus que 700 000 barils par jour et elle en consomme 1,3 million, elle est donc obligée d’importer 600 000 barils par jours. Elle est donc devenue un pays importateur net. Et le Mexique est en train de suivre exactement la même voie. En 2004, le Mexique produisait 3,8 millions de barils par jour et il consommait 2 millions de barils par jours. Mais alors que sa consommation est restée relativement stable, c’est sa production qui a baissé à 2,9 millions de barils par jour. En fait, en l’espace de seulement 6 ans la production du Mexique a été diminuée de moitié et est passée à 900 000 barils jours.

Le plus grand producteur mondial d’argent risque de manquer de pétrole

Or le Mexique est aussi le plus grand producteur mondial d’argent métal, et il y a encore de nombreux projets d’exploitation qui reste à développer dans ce pays. Donc en sachant que ces mines vont nécessiter un approvisionnement toujours plus important de pétrole, on peut se demander si elles arriveront à trouver suffisamment de diesel pour s’alimenter. Ainsi Fresnillo, le plus grand producteur d’argent mondial, a indiqué qu’il allait augmenter sa production à 65 millions d’onces d’argent métal et à 500 000 onces d’or d’ici 2018. En 2007, le producteur de métaux précieux a traité 13,9 millions de tonnes métriques de minerai et a consommé 8,6 millions de gallons de diesel. Mais en 2011 ils ont traité 37,7 tonnes métriques et consommé 24,7 millions de gallons de diésel. On voit donc que sa consommation est exponentielle par rapport à l’augmentation de son activité.

En plus dans le dernier rapport de Fresnillo sur son activité 2011, on apprend que le diesel représente aujourd’hui 72,5 % de ses besoins en énergie et que l’électricité ne représente que 25,5 %. Il est donc évident que si le plus gros producteur mondial d’argent métal rencontre des difficultés en approvisionnement énergétique, l’effet va forcément avoir un impact sur le prix. Et comme l’on sait que le pétrole va forcément devenir de plus en plus rare, on peut donc raisonnablement penser que les prix des métaux précieux vont continuer à augmenter.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.