L’inflation au Chili sous Salvador Allende

Le 11 septembre 1973, le président Salvador Allende est renversé par un coup d’État militaire au cours duquel il perd la vie. Ce putsch met fin à une expérience socialiste pour le pays, mais également à une inflation galopante.
Lorsqu’ Allende est élu au poste de président de la république, le 24 octobre 1970, il hérite une situation économique peu brillante, en récession, et un chômage à plus de 8%. Il propose un programme électoral très ambitieux: abolir l’exploitation capitaliste, nationaliser les banques et le crédit et mettre fin aux monopoles.

Il ne dispose que de six années pour réaliser ces réformes, car c’est le délai maximum que la loi chilienne prévoit pour le mandat de son président. Il va donc les mener à marche forcée, et bousculer le paysage économique du Chili par le plan Vuskovic.

Il distribue les terres aux paysans en découpant les grandes exploitations (aucune ne doit dépasser les 80 hectares irrigables), nationalise les mines de cuivre (sans indemniser leurs propriétaires) et les grosses entreprises du pays (les entreprises d’État finissent par représenter 60% du PIB du Chili), et augmente de 40% à 60% les salaires des ouvriers les moins bien payés. Du lait est distribué gratuitement aux enfants.

Dans un premier temps, l’économie se trouvé dopée par la consommation plus élevée des ouvriers, le PIB augmente de 8%, le chômage chute à 4% et l’inflation diminue. Mais cette politique crée évidemment des mécontents. Les ingénieurs des mines de cuivre s’expatrient, ne laissant que peu de cadres compétents.

Les capitaux sortent également du pays et plus aucun étranger ne souhaite y investir. Les États-Unis, qui s’inquiètent de voir un tel régime s’instaurer dans une région qu’ils considèrent comme leur chasse gardée, décident de mesures de rétorsion économiques et font pression auprès de la Banque Mondiale pour interdire tout prêt au Chili. La réponse d’Allende est le défaut de paiement des dettes du pays.

Le rendement des mines de cuivre diminue, et la perte de revenus est encore aggravée par la chute des prix de ce métal au niveau mondial. Les énormes dépenses publiques, qui ont justement soutenu l’économie, relancent l’inflation car elles sont payées par la planche à billets.

La balance commerciale devient déficitaire. La réforme agraire, menée dans la précipitation et la confusion, entraîne une réduction de la production, et la pénurie qui commence à se faire sentir fait s’envoler les prix: 225% en 1972 et 600% en 1973. Une telle inflation fait plus qu’annuler l’effet des augmentations de salaire.

Pour la juguler, Allende instaure le blocage des prix, ce qui augmente encore la pénurie. Les files s’allongent devant les magasins, et le mécontentement grandit. Le gouvernement doit alors faire face à une interminable série de grèves et aux marches des « casseroles vides ».

Une longue grève des camionneurs (discrètement soutenue financièrement par la CIA) paralyse le pays, et la situation devient telle que le Parlement réclame le renversement d’Allende le 23 août 1973. C’est le général Pinochet qui s’en charge le 11 septembre.

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.