Vos économies sont-elles en danger?

Comme beaucoup de Français aujourd’hui, sur les conseils de votre banquier ou de votre assureur, vous possédez sûrement un contrat d’assurance-vie. Cet argent, étant généralement destiné à vous constituer un petit pécule pour vous aider au moment de la retraite, vous avez donc sûrement choisi de le placer en fonds euros. Tout le monde vous a expliqué que c’est un placement absolument sans risque et, depuis le début de la crise, on vous répète sans cesse que, peu importe la situation, votre patrimoine placé en assurance-vie en fonds euros ne risque absolument rien. Mais en êtes-vous vraiment certain ?

Les fameux fonds euros sont généralement composés à plus de 50 % d’obligations d’états, autrement dit des parts de dette souveraine. Ce sont effectivement les placements dits les plus sécurisés surtout sur le marché européen, mais aujourd’hui la situation est en train de changer. La crise des dettes souveraines remet en question la sécurité de ces actifs, et c’est ce qui entraîne depuis maintenant quelques années la baisse du rendement de votre assurance-vie. Si l’on prend l’exemple de la Grèce, elle n’a aujourd’hui plus le choix, elle doit rééchelonner ses remboursements, ce qui s’est irrémédiablement traduit par une dévaluation de 21 % de la dette du pays. Autrement dit, la perte de 21 % d’un capital qui serait investi à 100 % dans la dette grecque.

Rassurez-vous, la Grèce est une petite économie au sein du marché européen et les assurances détiennent généralement moins de 1 % de leurs actifs investis dans la dette de ce pays. Par contre, ça se traduira obligatoirement par une baisse du rendement de vos contrats, selon certaines études 0,2 % en moyenne sur l’année. Votre capital est donc pour l’instant épargné. Par contre, le problème devient beaucoup plus grave quand on parle de difficultés sur le marché italien. L’Italie est un pays beaucoup plus important et cette fois-ci ses emprunts représentent plus ou moins 10 % des actifs des fonds euros. Si l’Italie devait arriver au défaut de paiement, le problème serait donc déjà beaucoup plus important. Et, si la crise devait continuer à s’étendre à d’autre pays européens, c’est cette fois-ci réellement l’intégrité de votre capital qui serait menacée. En cas de défaillance de plusieurs pays européens, les revenus du portefeuille de placement des assureurs ne suffiraient pas à payer les intérêts. Ils seraient donc obligés d’utiliser leurs fonds propres pour honorer leurs contrats. Et si ses fonds propres ne suffisaient pas, ils se retrouveraient eux aussi en faillite !

Vos économies sont elles en danger?Bien sûr, cette situation reste pour l’instant improbable, car il y a de grandes chances que l’État intervienne pour sauver la compagnie qui serait en difficulté. Mais poussons quand même le raisonnement. Donc, si une compagnie fait faillite, il y a deux mécanismes qui sont normalement censés garantir la sauvegarde du capital des assurés. Dans un premier temps, l’ACP (autorité de contrôle prudentiel) est chargé de lancer un appel d’offres pour qu’une autre compagnie d’assurance rachète le portefeuille d’assurés et sauve ainsi les capitaux. Mais, dans notre exemple, il y a fort à parier qu’aucun assureur n’ait la capacité de reprendre le portefeuille en question puisqu’ils seraient tous plus ou moins dans la même situation.

Dans ce cas l’ACP peut faire appel à un fonds de garantie spécifique, d’ailleurs nommé « fonds de garantie des assurances», qui doit servir à couvrir les pertes éventuelles des assurés. Ce fonds intervient à concurrence de 70 000 € par assuré et par compagnie, ce qui veut dire que, si vos contrats sont au sein de la même compagnie, vous recevrez un maximum d’indemnité de 70 000 € pour la totalité de vos contrats. Par contre, si vos contrats sont placés auprès de plusieurs compagnies, vous avez droit à 70 000 € par compagnie, à concurrence bien sûr du montant de votre capital. Le problème, c’est que ce fameux fonds de garantie dispose de 700 000 000 € de capitaux, en fait de quoi couvrir 10 000 personnes à 70 000 €. En France, vous êtes plus de 22 millions à détenir un contrat d’assurance vie !

Mais le problème ne se pose pas que pour les assurances : il existe aussi pour le fonds de garantie des dépôts, qui est censé vous indemniser en cas de faillite bancaire; lui-même n’est doté que de 1,92 milliard d’euros (lexpress.fr)

Donc, en cas de gros problème, c’est bien l’État qui sera en dernier recours responsable de vos économies. Tout en espérant qu’il aura encore les moyens de couvrir vos éventuelles pertes.

 

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.