Diamant de la paix finalement vendu pour 6,5 millions de dollars…

Jeweler holding a diamond in tweezers and inspecting it with more diamonds scattered on a shiny surface

L’emblématique pierre de la paix, le joyaux découvert en mars dernier en Sierra Leone vient finalement d’être vendu aux enchères.

Découvert par un pasteur dans la région de Kono, à l’Est du pays, le diamant de plus de 700 carats a été vendu pour 6,5 millions de dollars.

Ce prix aussi faible pour une pierre si importante semble être celui de la transparence !

Un diamant de la paix qui ne vaut pas son pesant d’or

Comme son nom l’indique, le diamant de la paix devait marquer une rupture. Il s’agissait d’enterrer le triste passé des « diamants de sang ».

Les diamants ont en effet servi à financer la guerre civile. Le conflit armé a ravagé la Sierra Leone à la fin des années 90 début des années 2000.

La pierre de 709 carats (soit environ 140 grammes) a donc finalement été vendue pour 6,5 millions de dollars, soit environ 5,6 millions d’euros.

C’est le bijoutier Laurence Graff qui l’a acquise. C’est en effet Martin Rapaport lui-même, le président de Rapaport Group qu’il l’a indiqué dans un communiqué.

Il en a profité pour préciser également que sa société, à l’origine de la vente aux enchères, s’était engagée à ne pas percevoir de commission sur cette transaction.

Pour mémoire, le diamant avait été découvert par une mine de prospection artisanale. Elle est  située dans l’Est du pays (région de Kono). Elle  appartient au pasteur évangélique Emmanuel Momoh. Le pasteur avait décidé de remettre le diamant brut aux autorités.

Le gouvernement de Sierra Leone s’était alors engagé à lui remettre 26 % du prix de vente. Ce qui donne donc 1,69 millions de dollars.

De ce butin, les 5 ouvriers à l’origine de la découverte vont pour leur part se partager 339 millions de dollars. Les autorités ont garanti que que plus de la majorité de ce qui reste allait revenir à l’administration fiscale (59 %). Et ce qui reste au Fond pour le développement de la région diamantifère, soit au final 15 % !

Un prix de vente en réalité modique

Au regard de la taille et de la qualité du diamant, ce prix est sans conteste très bas. Il est d’ailleurs encore plus bas que l’offre effectuée en avril en Sierra Leone.

A l’époque c’est le gouvernement de Sierra Leone lui-même qui avait organisée la vente. Ne s’étant vu proposer que 7,1 millions de dollars et estimant cette offre trop basse, le gouvernement avait à l’époque refusé de céder la pierre. Visiblement un mauvais calcul…

Pourquoi un prix si faible ? D’après Martin Rapaport toujours, ce réajustement à la baisse serait le « prix de la transparence ».

Politiques et autres fonctionnaires semblent tout de même être satisfaits de la transaction. Abdulai Bayraytay le porte-parole du président Kourouma affirme que « c’est un jour historique, nous avons changé l’histoire. »

Il a ainsi affirmé que le prix de cette vente allait contribuer à améliorer le quotidien des Sierra Léonais. L’argent collecté va ainsi apporter l’eau, l’électricité et des meilleures routes dans la région.

Le pasteur Momoh espère pour sa part que ce qui a commencé va se prolonger. Il a ainsi encouragé d’autres prospecteurs à faire de même.

On espère évidemment que d’autres l’imiteront. Mais au regard du prix obtenu et de la somme qui va revenir au peuple, ce n’est pas chère payé… Beatrice Cole une fonctionnaire ayant suivi la vente aux enchères retransmises à la télévision a ainsi déclaré à l’AFP que le prix de vente était en réalité bien inférieur au prix espéré…

Source

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.