Or : le plus gros trafic de contrebande entre l’Italie et la Suisse

gold bar

Le procès « Fort Knox », nom donné à la plus grande affaire de contrebande d’ or entre l’Italie et la Suisse vient de prendre fin.

Si la justice Suisse avait « classé l’affaire » suscitant de vives critiques, pour les autorités italiennes plusieurs centaines de millions de francs doivent être confisqués.

Trafic d’ or : le verdict vient de tomber

Voilà quelques jours, la Justine italienne et plus précisément le tribunal de d’Arrezzo situé en Toscane, a rendu son verdict. L’affaire en question n’est autre que le plus gros cas de contrebande d’ or entre la Suisse et l’Italie.

L’importance du trafic avait d’ailleurs suscité le nom de Fort Knox Pour cette affaire sans précédent. C’est-à-dire le nom du dépôt de la Réserve Fédérale Américaine.

Pour les autorités italiennes, le trafic représenterait ainsi 34 tonnes du précieux métal ce qui au cours du roi des métaux aujourd’hui,  équivaut à la modique somme de 1,6 milliards de francs.

Le juge Marco Cecchi a ainsi estimé que 229 millions de francs soient confisqués. D’après ses calculs, cette somme correspondrait au montant du trafic illégal.

Pour le procureur Marco Dioni, ce verdict est bien plus sévère que ses prévisions les plus optimiste. Il réclamait en effet la confiscation des biens déjà séquestrés au début de l’enquête, c’est-à-dire 42 millions de francs. La défense n’étant quant à elle disposé à ne payer qu’un peu plus de 9 millions.

Comment se déroulait le trafic ?

D’après l’enquête menée par les autorités italiennes, le trafic s’organisait en deux étapes principales. Dans un premier temps le précieux métal était acheté au noir en Italie.

Les achats se faisant en toute discrétion dans les boutiques de « compra de oro », boutique de rachat d’ or. Le précieux métal était ainsi acheté sous la forme de bijoux divers : bagues, colliers, chaines, etc.

Tout ces objets étaient alors payés avec de l’argent sale venu de Suisse.

Dans un second temps, tout ce trésor était fondu en Italie, pour finalement être transporté au Tessin dans des voitures munies d’un double fond.

Le réseau de ce trafic était considérable car 52 personnes, suisses et italiens, étaient présentes sur le banc des accusés.

Cependant, c’est avant tout la tête de cette pyramide, Petrit Kamatra, un entrepreneur suisse résidant au Tessin qui devra mettre la main à la poche. L’homme d’affaire peu scrupuleux devra ainsi s’acquitter d’une amende de 187 millions.

Source

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.