Diamant Lesedie La Rona : Lucara envisage un partenariat

A diamond in a pile of coal shows the evolution of a precious gem.

Tous les amateurs de diamant connaissent maintenant le Lesedie La Rona.

Il s’agit en effet du deuxième plus gros diamant au monde. La pierre hors-norme pèse en effet plus de 1100 carats, grosse comme un balle de tennis.

Mais justement, il semblerait que ce soit bien là son problème : le caillou est bien trop gros pour être vendu.

Et Lucara, la société minière qui la mise au jour ne trouve pas preneur. Faute de quoi elle envisage un partenariat pour concrétiser une vente.

Le diamant le plus gros du monde ne trouve pas preneur

Le « Lesedi La Rona », le diamant qui signifie notre lumière dans la langue twsana, langue qui est parlée au Botswana, pays où il a été découvert, ne se vend pas.

Lucara envisage donc un partenariat pour réussir à vendre cette rareté. L’entreprise se donne encore 6 à 8 semaines pour trouver un acquéreur à cette pierre géante !

Vendredi dernier, William Lamb, le PDG de Lucara Diamond (TSX : LUC) a déclaré qu’il avait deux acheteurs potentiels. Mais finalement la vente directe n’a pas eu lieu.

L’été dernier, la vente aux enchères organisées par Sotheby’s s’était également déjà soldée par un échec.

La société minière table en effet sur 71 millions de dollars pour ce diamant. L’offre s’était limitée à 61 millions l’été dernier et ne s’était donc pas concrétisée.

Il faut bien reconnaître qu’un tel montant pour un acheteur unique à de quoi intimider !

Lors d’une conférence téléphonique avec des analystes, Lamb a ainsi déclaré :

« Des personnes riches qui sortent le Week-end et s’achètent une Lamborghini, nous en connaissons quelques-unes. Ils déboursent ainsi 250 000 $. Ce que nous demandons pour ce diamant, c’est qu’une entreprise dépense l’équivalent de 280 Lamborghini pour acquérir la pierre ».

Il est vrai que vu sous cet angle, ça fait vraiment beaucoup d’argent, non ?

Au final, le Lesedie La Rona découvert dans la mine de Karowe au Botswana devra peut-être être coupé pour être vendu. Comme le fut le Cullinan, divisé en 105 diamants que l’on retrouve désormais sur les joyaux de la couronne britannique.

Lamb a qui plus est déclaré qu’un autre défi menace le diamant : le polissage semble être en effet plutôt risqué !

« La Lumière » serait en réalité en train de faire de l’ombre à la société. Depuis que le diamant reste invendu, l’action de Lucara a baissé de 30 % fin 2016.

Source

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.