Koh-i-Noor : une histoire tâchée de sang pour le célèbre diamant

The Kohinoor Diamond - now in the Crown Jewels from an 1895 antique book "Moses and Geology" by The Rev Samuel Kinns.

L’Histoire nous prouve que la cupidité des hommes n’a pas de limite. Celle du Koh-i-Noor en est un exemple démonstratif.

Le célèbre diamant a en effet fait couler beaucoup de sang.

Et aujourd’hui encore il est au centre d’une polémique. Un nouveau livre raconte les coulisses de cette pierre précieuse tintée de sang.

Koh-i-Noor le diamant au gout de sang

La « Montagne de lumière », traduction de Koh-i-Noor est en réalité plutôt obscure et des zones d’ombres persistent toujours.

Le caillou a en effet souvent changé de mains, changements de propriétaires qui se sont souvent accompagnés de leur lot de violence comme l’explique l’auteur.

Le titre du livre « Kohinoor: The Story of the World’s Most Infamous Diamond » rédigé par William Dalrymple (historien) et Anita Anand (journaliste) ne laisse pas de place au doute.

Complots et autres morts violentes sont en effet souvent nécessaires pour acquérir la pierre.

D’après Dalrymple, entre autres actes de violences barbares qui accompagnent le joyau on peut citer « actes de torture, empoisonnement, tête écrasée à coups de brique.

 » Du plomb fondu aurait même était déversé sur le crâne d’un jeune prince perse. L’objectif de cette manœuvre : connaitre l’emplacement de la pierre.

Le symbole de la colonisation

Si le Koh-i-Noor est l’un des plus célèbres diamants qu’il soit, son origine reste pourtant inconnue. Si les premiers témoignages écrits de son existence n’apparaissent qu’au XVIII Siècle, sa découverte pourrait remonter bien plus loin dans le temps.

D’après l’auteur, le diamant pourrait bien avoir été mis à jour dans l’Antiquité. Il aurait alors engendré une soif de violence qui se perpétue de génération en génération.

Une malédiction en quelque sorte. Une autre hypothèse marque sa découverte au XVI Siècle en Inde par les empereurs moghols.

Le diamant aurait ensuite été caché dans la fissure d’une cellule, aurait servi de presse papiers ou même exposé sur un brassard.

Puis au XIX, il fera finalement surface avec la Compagnie des Indes orientales britanniques. En 1851, il sera alors présenté au grand public à l’exposition universelle de Londres, en fanfare. C’est là qu’il gagnera en popularité.

Quand la pierre est arrivée sur le territoire anglais elle a tout de suite représenté le symbole de la conquête de l’Inde par le Royaume-Unis.

Vu de l’autre côté, elle symbolise le pillage de la colonisation. C’est pourquoi à New Delhi on aimerait bien voir la pierre revenir sur le sol natal.

Cette requête est régulièrement actualisée mais pour le moment en vain. Le diamant continue de briller sur la couronne britannique dans la Tour de Londres. Par contre plus aucun souverain ne semble disposer à la porter depuis 1901 . Malédiction, superstition…

Source

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.