La dévaluation compétitive, une autre technique de manipulation

Gold-Silver-CoinsNormalement les mots ont un sens. Normalement les actions ont des conséquences. Pourtant ces deux vérités ont tendance à être oubliées dans nos pays.

En effet, la plupart du temps les paroles que nous pouvons entendre sont des mensonges. Ce qui est dit ne correspond pas à ce qui se passe réellement.

De la même manière, dans bien des cas les mots utilisés sont vide de sens. Des euphémismes, des mots sans aucun sens du tout, comme par exemple « la nouvelle normalité ».

Les actions aussi devraient avoir des conséquences. Mais dans le Pays des Merveilles à la Matrix, les médias traditionnels laissent entendre qu’il n’y a pas de conséquences ou pire encore que les conséquences d’une action particulière sont exactement l’opposé des conséquences réelles.

Un exemple de cette perversité ?

Lorsque la BCE (Banque Centrale Européenne) a prêté beaucoup plus d’argent à la Grèce (une économie en faillite) puis a nommé ce prêt un « bail-out ».

Dans le monde réel, vous ne pouvez pas « renflouer » un débiteur qui est en faillite en augmentant de nouveau ses dettes. Vous ne pouvez pas aggraver encore plus son insolvabilité. Dans le Pays des Merveilles à la Matrix, si.

Dans le monde réel, les actions entrainent des conséquences réelles. D’où ce qui aurait pu être le titre de cet article : la dévaluation compétitive  ou l’officielle politique économique / monétaire de la Corrupt Ouest.

Quelle est la conséquence de la « dévaluation compétitive » ? Pour répondre à cette question, nous devons comme toujours commencer par définir les termes. Qu’est-ce que la « dévaluation compétitive » ?

Le sens commun de ce terme ne peut pas être plus simple.

Qu’est-ce que la dévaluation ? On parle de dévaluation lorsqu’une nation (ou bloc économique) réduit le taux de change de sa monnaie. Qu’est-ce que la dévaluation compétitive ? Lorsque les nations font la course pour dévaluer leur monnaie, lorsque la dévaluation se fait aussi rapidement que possible.

Que se passe-t-il lorsqu’une nation dévalue sa monnaie, c’est-à-dire réduit le taux de change ? Question très importante car visiblement aucun médias spécialisé ni économiste charlatan ne semblent prendre la peine d’y répondre… Lorsqu’une nation dévalue sa monnaie, tous les prix augmentent, tout coûte plus chère.

Tous ces thermes sont synonymes d’un point de vue mathématique. Ainsi, la dévaluation compétitive = inflation concurrentielle des prix. Ce qui nous ramène au pays des Merveilles à la Matrix.

Dans cet asile les fous ont procédé à une « dévaluation compétitive » aussi vite que c’était possible. En même temps, nous pouvons observer les régimes corrompus et les Banques Centrales qui insistent sur le fait qu’il n’y a pas d’inflation.

Tous ces pays sont entrés en compétition pour créer de l’inflation mais ils prétendent ne pas en créer du tout. Si cette absurdité était démasquée, il y aurait là un motif de démission pour tous ces gouvernements incompétents. La réalité est pourtant bien différente.

S’il y a quelque chose que nous savons avec certitude, c’est que les Banques Centrales qui ne sont autres que des usines à fraudes monétaires savent comment s’y prendre pour créer de l’inflation.

La première en la matière n’est autre que la Réserve Fédérale. Après un siècle d’activité criminelle, la valeur du dollar américain a tout simplement chuté de 99 %.

La Réserve Fédérale a dévalué le prix du dollar américain de 99 %. Autrement dit, la valeur du dollar américain a été dévorée à 99 % par l’inflation créée par la Réserve Fédérale.

Or la Réserve Fédérale affirme qu’elle ne peut pas dévaluer plus le dollar.

Une question se pose donc : qu’es-ce que ça veut dire lorsqu’un organisme dévalorise, puis dévalorise et dévalorise encore sa monnaie tout en affirmant à chaque fois qu’elle ne peut pas dévaloriser plus ? Cela veut dire que la monnaie est déjà sans aucune valeur. Impossible en effet de dévaluer une monnaie en dessous de zéro.

En réalité, la Réserve Fédérale a dévalué de manière concurrentielle le dollar depuis le jour de sa naissance. C’est fini. Mission accomplie. Le dollar américain n’a plus de valeur et l’on peut se baser sur plusieurs paramètres pour l’affirmer.

Comme nous l’avons déjà expliqué, dévaluation concurrentielle = réduction de la concurrence du taux de change = course générant l’inflation des prix. La dévaluation concurrentielle entraine inexorablement une spirale infernale des prix. L’un n’existe pas sans l’autre, ce sont les deux faces de la même médaille.

Cependant, dans le monde des marchés, cette spirale des prix va diverger. C’est-à-dire que certains actifs vont plus ou moins augmenter par rapport à d’autres actifs.

Même dans l’opaque brouillard du Pays des Merveilles à la Matrix nous pouvons l’observer. Le prix des aliments et le coût du logement sont par exemple entrés dans une spirale infernale, une hyperinflation. Les prix d’autres actifs comme par exemple les biens manufacturés ont par contre augmenté de manière beaucoup plus lente.

La situation est encore différente pour les métaux précieux que sont l’or et l’argent. Ces métaux sont en effet des métaux monétaires. En tant que tels, ils devraient refléter les changements de notre système monétaire.

Etant donné que nos banques procèdent à une dévaluation compétitive de nos monnaies et gonflent nos économies, le prix de l’or et l’argent devrait tenir compte de ces modifications. Toute action entraine des conséquences.

Si nos gouvernements et banques centrales procèdent à la dévaluation compétitive  de nos monnaies, l’or et l’argent doivent le refléter. Le prix de l’or et de l’argent devrait augmenter au quotidien à mesure que nos monnaies baissent.

Il n’y a que deux manières d’arrêter la spirale des prix de l’or et de l’argent. Une fois que les monnaies n’ont plus de valeur. En ce moment, leur prix devrait donc être infini étant donné que la monnaie papier ne vaut plus rien dans la réalité. L’autre manière d’arrêter la hausse des prix de l’or consisterait à arrêter les dévaluations à répétition de nos Banques Centrales.

Bien que nos monnaies n’aient plus de valeur, le prix de l’or et de l’argent ne peuvent être infinis. D’un autre côté nos Banques Centrales ne vont pas cesser la dévaluation de nos monnaies. Les Banques Centrales vont continuer à nous voler en créant de l’inflation. Déjà les banquiers centraux se confessent sur le sujet…

Comment ces crimes économiques à répétition se traduisent en termes de prix ?

Le prix de l’or devrait être supérieur à 4000 $/once pour refléter sommairement le prix de l’argent papier produit par le Réserve Fédérale. Le prix de l’argent devrait quant à lui être d’au moins 200 $/once. L’écart qui existe entre les prix pathétiques de ces métaux aujourd’hui peut se résumer en un mot : un crime…

En réalité le prix de l’or et de l’argent devrait augmenter tous les jours pour refléter la dévaluation perpétuelle de nos monnaies. Le prix de l’or et de l’argent aujourd’hui ne sont qu’une infime fraction de leur valeur monétaire véritable. Le prix de l’or et de l’argent sont également manipulés.

Le « leasing de l’or » n’a aucun but légitime et seulement un objectif illégitime : manipuler frauduleusement son prix. Les « Banksters » ont également avoué la manipulation des « fix » de l’or et de l’argent pour manipuler les prix.

Pour le moment les autres techniques de manipulation des prix de l’or et de l’argent ne sont pas encore reconnues officiellement. Et ils continuent de nier leur culpabilité.

La dévaluation compétitive  implique pourtant nécessairement et directement la hausse des prix de l’or et de l’argent. La dévaluation précédente de notre monnaie implique de fait un prix pour l’or, deux à trois fois supérieur au prix actuel.

Il devrait qui plus est être en hausse tous les jours. Pour l’argent, le prix actuel devrait être multiplié par dix et être lui aussi en hausse tous les jours. Ça c’est le monde réel.

La lente progression des prix de l’or et de l’argent que nous pouvons constater cette année, (après plus de 5 années de prix en baisse) ne reflète pas le monde réel.

Les prix de l’or et de l’argent en 2016 sont tout aussi frauduleux que les prix de 2015, 2014, 2013, etc. La lente progression actuelle n’est qu’une autre technique de fixation des prix.

Même la « montée en flèche » des prix de l’or et de l’argent sur la période 2009-2011 presque légitime n’était que partielle. Le pâle reflet de la valeur réelle de ces métaux monétaires.

Et contrairement à ce qu’ont pu affirmer nombre de commentateurs et « experts », il n’y avait aucune raison économique réelle pour justifier l’arrêt de cette hausse des prix.  Encore moins pour expliquer leur baisse…

La dévaluation compétitive  est bien réelle actuellement dans le sens où elle se produit bel et bien. Elle n’est pourtant qu’une fraude supplémentaire des Banques Centrales orchestrée par  la Réserve Fédérale.

Les prix actuels des métaux précieux sont eux aussi entièrement frauduleux. Le fait que ces prix soient quelques moins frauduleux de quelques points est en réalité trivial et tout aussi scandaleux.

Source

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.