Trois développements indiquant l’épuisement des mines

Gold coins.De nombreux analystes ont été surpris par les chiffres des principaux producteurs d’or de l’année dernière.

Malgré une apparente augmentation de la production, les mines d’or s’essoufflent de plus en plus et la production ne peut plus satisfaire la demande d’or au niveau mondial.

La baisse du budget d’exploration

En premier lieu, les entreprises ont baissé leur budget dédié à l’exploration des mines. C’est une dépense qui est des plus simples à réduire car elle n’offre pas de valeur immédiate.

L’exploration coûte très cher surtout si la rentabilité baisse par la même occasion et que l’on travaille avec peu ou sans marge de bénéfice. Dans l’optique de rester rentable, les huit plus grands producteurs d’or dans le monde ont réduit leur budget d’exploration de 36,5 %.

Ils ont réduit, en fait, leurs dépenses de 622,7 millions de dollars en 2014 par rapport à 2011. Ceci ne se vérifie pas uniquement auprès des producteurs, mais aussi auprès les petites sociétés d’exploration répertoriées au Canada qui ont des actifs évalués à 5 milliards de dollars.

 Aux prix actuels de l’or, certains, sinon la plupart de ces actifs ne seront pas développés.

Cela ne concerne pas seulement l’Amérique du Nord, car SNL Metals et Mining a signalé que sur 250 entreprises minières en Australie,  le montant des fonds alloués collectivement à l’exploration est tombé de plus de 1 milliard de dollars en 2013 à environ 630 millions l’an dernier.

 Selon l’économiste en chef HSBC, Paul Bloxham,  l’exploration est en baisse d’environ 30 % sur un an… son plus bas niveau depuis 2006.

Évidemment, si l’industrie dépense moins d’argent pour la recherche de l’or, elle en trouvera moins par conséquent. Et cette baisse de l’exploration n’est pas suffisante pour maintenir un équilibre avec le niveau d’épuisement des gisements.

Et cette tendance ne montre aucun signe inverse, ceci jusqu’à ce que les prix de l’or n’augmentent de façon durable.

Cela aura un impact certain sur les marchés de l’or, mais ce n’est pas le seul.

 La baisse de la production

Les mêmes huit sociétés ont fourni leur orientation de production pour 2015. Regardez la production projetée pour 2015 par rapport à l’an dernier (après avoir ajouté le producteur russe Polyus et le producteur sud-africain Sibanye, qui n’ont pas fourni de données d’exploration).

Sur les dix plus importants producteurs d’or dans le monde, seulement deux prévoient une augmentation sensible de leur niveau minimum de production cette année.

Les réserves ont disparu

Ce qui est peut-être le plus inquiétant, c’est la baisse des réserves exploitables détenues par les plus grands producteurs. Regardez la baisse en un an seulement.

Les réserves font référence au minerai qui est économiquement exploitable. Pour les sept producteurs qui ont déclaré des réserves inférieures, la quantité d’onces, non plus disponible, s’élève à 47,1 millions. Il s’agit de plus de la moitié des sorties annuelles globales !

(Sibanye a augmenté ses réserves uniquement grâce à une acquisition, sans laquelle elles auraient été nettement plus faibles.)

Alors que certaines « ressources » seront déplacées dans la catégorie Réserve, ce procédé de valorisation a clairement ralenti en raison de la réduction des dépenses. Le point ici est que les onces précédemment considérées comme économiques ne le sont plus.

Voici une autre façon de vérifier la mauvaise perte des réserves :

Dans tous les cas, la perte des réserves a dépassé toute la production de chaque entreprise l’an dernier.

Pour l’ensemble des producteurs, TD Securities estime que les réserves totales baissent d’un important taux de 24 % par rapport au pic de 2011. Et 2014 a été la troisième année consécutive qui a vu une baisse de la réserve. Cette tendance aura des effets à long terme évidents.

Pour sept producteurs, la baisse des réserves totalise près de 47,1 millions onces d’or, ce qui est nettement supérieur à la moitié des réserves mondiales de métal jaune.

Le processus d’amélioration des infrastructures est également en baisse à cause de la réduction des dépenses au niveau global. Cela signifie que ces entreprises ne considèrent pas certaines réserves comme étant viables sur le plan économique.

Et dans presque tous les cas, la baisse des réserves dépasse la production annuelle de chaque entreprise. Pour les producteurs, TD Securities estime que la baisse des réserves a baissé de 24 % depuis 2011 et 2014 a été la troisième année de baisse consécutive.

En résumé, la baisse du budget de l’exploration, la baisse de la production et l’épuisement des réserves d’or nous font voir un futur très sombre. Ceci est important puisqu’une grande partie de l’or dans le monde provient de la production minière.

Pas besoin d’être un génie pour comprendre que cette baisse sur tous les niveaux aura une influence sur la demande de l’or provoquant une augmentation du prix.

En revanche, si les prix de l’or n’augmentent pas, alors l’impact sera bien plus important. Prenons l’exemple de l’entreprise Harmony dont les coûts de production étaient de 1 262 dollars par once et il est impossible pour cette entreprise d’être rentable si les prix ne montent pas.  Il y a d’autres exemples de ce genre.

On peut penser que les réserves de la mine vont augmenter si les prix montent en même temps. Mais ce ne sera pas le cas, car les entreprises font ce qu’on appelle un « écrémage ».

Ce dernier concerne leurs principales zones de minage de qualité supérieure. C’est un acte de survie, car elles peuvent l’exploiter avec un minimum de coût, mais le problème est que ces entreprises négligent les zones d’exploitation d’or de qualité inférieure, car cela coûte trop cher.

Et c’est un cercle vicieux, car si les prix de l’or stagnent, alors ces entreprises vont épuiser ces zones de qualité supérieure ce qui va baisser la production puisque la demande est en augmentation constante.

Et les équipes de gestionnaire sont sur la sellette et ils ne vont pas risquer des capitaux pour trouver de nouvelles zones tant que le prix de l’or n’augmentera à un niveau significatif.

Toutes ces données donnent des signaux réels que la quantité d’or sera toujours moindre sur le marché dans quelques années.

Le Groupe CPM projette que la nouvelle offre de la mine commencera à diminuer sensiblement en 2018 et continuera à le faire pendant au moins six ans.

La principale raison est qu’il n’y a aucun moyen pour l’industrie  de récupérer facilement ou rapidement son budget de développement. Il faut des années pour accélérer la prospection, trouver des gisements économiques, les développer, et atteindre la production commerciale.

La situation est si grave que même l’or provenant du recyclage ne pourra pas compenser la baisse de la production minière. Le total de la fourniture des projets CPM continuera à décliner. Le seul scénario qui pouvait inverser cette tendance est que le monde retrouve une stabilité économique et qu’il devienne prospère.

Cela permettra, au fil du temps, de diminuer la demande réelle des valeurs refuge comme l’or et potentiellement conduire à la vente par les banques centrales et autres, ce qui compenserait la diminution de l’offre et maintiendrait les prix bas pendant des années.

Mais il suffit de regarder autour de soi pour voir que le monde ne va absolument pas vers le chemin de la prospérité. Le Moyen-Orient est sur le point d’exploser, la Russie nucléaire affûte ses armes et la Chine devient de plus en plus agressive envers ses voisins.

L’Europe est au bord de la faillite politique et économique et de nombreux pays dévaluent agressivement leurs devises et même les États unis ne pourront jamais rembourser leur dette même s’ils connaissent une croissance exponentielle. Dans la situation actuelle, il serait naïf de croire que le monde va vers une ère de prospérité.

Quatre moyens qui influenceront les investisseurs en or

Parce que l’approvisionnement futur de l’or va inverser la tendance et chutera pendant de nombreuses années, il y aura des conséquences importantes à long terme pour les investisseurs.

La plupart de ces conséquences sont positives si vous êtes déjà positionnés sur le marché de l’or. Si la demande continue d’augmenter à cette vitesse :

  • Le prix de l’or va augmenter uniquement par la force de la demande. Et on ne compte même pas les autres catalyseurs tels que l’augmentation de l’inflation. Imaginez un environnement avec des pics d’inflation simultanément à un resserrement de l’offre.
  • Les lingots seront plus difficiles à obtenir et ils seront plus chers. Les délais de livraison seront plus longs et on risque d’assister à un rationnement. Les primes seront certainement plus élevées.
  • La vente au cours d’une crise de l’offre vous donnera un retour d’une grande partie de la prime que vous avez payée. Ainsi, dans certaines circonstances et avec certains produits, vous serez payé au comptant et même au-dessus (en particulier pour l’argent métal.) Ce retour sur investissement intéressant va améliorer considérablement votre niveau de vie. On ne doit pas oublier que seul 1 % des Américains possèdent des lingots et qu’il y aura beaucoup d’acheteurs.
  • Les entreprises minières devront renflouer leur production. Et comme elles ont réduit leur exploration, la seule manière d’avoir de l’or sera de l’acheter.

Une manière de gagner de l’argent pour cette année sera de posséder les projets sur l’or qui sont convoités par les grandes entreprises.

La ligne de fond est la suivante: un changement majeur sur la production de l’or va nous mener à une baisse considérable des réserves mondiales. Cela aura un impact très intéressant sur votre portefeuille or, mais uniquement si vous avez des lingots.

Notons que cela s’applique aux lingots que vous possédez aujourd’hui et non à ceux que vous allez acheter quand les prix vont monter, car le retour sur investissement sera minimal pour avoir une compensation de niveau de vie acceptable.

Pour le moment, la crise ne s’est pas encore totalement manifestée, mais cela arrivera plus tôt que prévu. Il suffit de voir l’empressement des pays à rapatrier leur or et à en acheter davantage.

Un scénario à la Lehman Brothers est peut-être devant nous, mais beaucoup ne voient pas l’iceberg qui risque de couler le Titanic du système financier actuel.

Comme nous l’avons dit auparavant, mais ceci est encore vrai: cette configuration rend les prix actuels de l’or, une opportunité pour acheter. Je vous encourage à acheter des lingots maintenant pour subvenir à vos besoins pour l’avenir.

Source

Toutes les informations présentes sur www.47carat.com sont fournies à titre indicatif.

www.47carat.com ne serait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation des informations issues de www.47carat.com.